Vous êtes ici : Accueil > A proximité > Actualités locales > Bovins : une reprise fragile

Bovins : une reprise fragile

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
Le marché des bovins dans le contexte du coronavirus

Les prix sur les marchés bovins marquent une petite reprise. Le recul par rapport à la même semaine de 2019 est de 15 centimes par kilo, soit 4 %.

 

 

 

 

 

Prix des Gros Bovins

Les prix marquent une petite reprise à la fin avril, plus marqué dans l’Ouest, et portant  surtout sur les vaches de réforme. La mise à l’herbe permet aux éleveurs de différer une partie des ventes des vaches. De ce fait, leurs cotations reprennent quelques centimes.

Le prix des jeunes bovins interrompt sa glissade, là encore avec des apports limités, grâce à un stockage des animaux dans les ateliers. La stabilisation est donc fragile, la suite va dépendre de ce qui se passera dans nos débouchés européens : Espagne, Italie, Allemagne, où le déconfinement s’engage très prudemment. La filière essaie d’anticiper les premiers effets du retour d’une partie des actifs au travail.

En mai, l’Union Européenne ouvre la possibilité aux abattoirs de payer le stockage privé de leur viande bovine pendant 3 à 6 mois Cette procédure n’a pas été employée en viande bovine depuis très longtemps et son effet sur l’équilibre du marché est incertain.

Dans la première semaine de mai, le mouvement de réouverture des marchés aux bestiaux se confirme : 32 sur 39 sont ouverts en France. En Normandie, le marché de Forges les Eaux est en activité, alors que celui de Carentan demeure un des derniers à rester fermé.

 

Service Économie, veille & prospective
Direction Innovation Recherche Développement

> Lire les autres marchés agricoles