Vous êtes ici : Accueil > A proximité > Actualités locales > Faire progresser son système de production via l’amélioration continue

Faire progresser son système de production via l’amélioration continue

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
Ajustement de la ration à l’auge des vaches laitières

Les résultats sont là. Explication sur une démarche facile à mettre en œuvre chez vous.

Testée à la ferme expérimentale normande de La Blanche Maison : pratiques et résultats techniques, environnementaux, sociaux et bien sûr économiques sont passés aux cribles d’une stricte évaluation.

 

L’amélioration continue c’est quoi ?


Gagner en efficacité, tout d’abord sur la ferme mais aussi, proposer aux éleveurs une méthode applicable à toutes les exploitations pour construire un système résilient, rémunérateur, générateurs de services environnementaux et répondant aux attentes du métier.

La ferme expérimentale normande de la Blanche Maison a souhaité tester une technique d’amélioration continue de ses pratiques et à mis en place, depuis 2017, un essai système basé sur l’agroécologie.

Cette méthode est basée sur cinq étapes obligatoires à suivre, bien connues en industrie.

Schéma de l’amélioration continue

Évaluer d’abord la pertinence de mes pratiques

Compte tenu de la diversité des pratiques dans une exploitation, cette phase peut être dense suivant les domaines que vous souhaitez évaluer et surtout suivant les indicateurs que vous allez mesurer.

Elle est cependant fondamentale, car constituant le point de départ de votre démarche de progrès. C’est bien à vous de choisir vos indicateurs :

  • nombre,
  • facilité de mesure ou de récupération,
  • domaines techniques (production laitière, rendements des céréales, …),
  • économiques (prix de revient d’un atelier, revenu disponible, marge sur le coût alimentaire, …),
  • environnementaux (empreinte carbone, mesures agro-environnementales, …) et
  • sociaux (temps de travail sur un atelier, possibilité de congés, …).

Dans cette phase, privilégier donc des indicateurs qui vous parlent, en cohérence avec votre stratégie d’exploitation, qui sont simples et rapides à obtenir, au moins à la mise en place de cette démarche.

La ferme expérimentale de la Blanche Maison tient à jour maintenant depuis 3 ans, un tableau de bord permettant d’avoir une vue rapide des différents domaines et critères qu’elle souhaite maîtriser.

Baliser les marges de progrès et étapes à engager

A partir des résultats des diagnostics, les axes sur lesquels l’amélioration continue doit se concentrer vont être mis en évidence. Trouvez une logique et  priorisez. Certaines solutions peuvent nécessiter l’aide d’un spécialiste.

Évaluer votre progression

Vient ensuite la phase d’évaluation de ce que vous avez mis en place sur votre exploitation.
Là encore, des indicateurs parlants doivent vous permettre d’avoir une photographie précise de votre progression vers vos objectifs. Parfois, les objectifs ne sont pas atteints ou de nouveaux axes de travail se font jour, alors la démarche est à recommencer.

Schéma du principe de l’amélioration continue testé à la Blanche Maison

Les résultats à La Blanche Maison

... à court terme

Rapidement, des marges de progressions notamment techniques sur la production laitière et l’efficacité alimentaire sont constatées, et plusieurs leviers d’action ont été mis en place :

  • un ajustement de la ration à l’auge des VL,
  • l’optimisation des heures de distribution,
  • une modification de l’affouragement estival.

 Ces modifications techniques alimentaires permettent de voir les effets rapidement sur les indicateurs techniques comme la production laitière, la marge brute sur coût alimentaire…

... à moyen terme

Un des objectifs fixés dans le système était également de réduire l’âge au vêlage des génisses pour obtenir un âge moyen au vêlage autour de 26 mois.

L’âge au vêlage moyen à la mise en place de l’essai était de 30 mois. Plusieurs pratiques ont été mises en place afin de répondre à ces objectifs : élevage des veaux à l’herbe dès 8 jours, modification du plan d’alimentation jusqu’à 6 mois, pâturage tournant dynamique mis en place pour améliorer les performances de croissance au pâturage tout en conservant les mêmes ressources. L’association de ces différentes pratiques a permis de tendre vers l’objectif à atteindre.
En effet, l’âge au vêlage moyen est passé de 30 mois en 2017 à 27,5 mois en 2019 (28,7 mois en 2018).

Age moyen au premier velage

Les résultats de cet indicateur sont visibles à moyen terme puisque les premières génisses élevaient avec ces nouvelles pratiques viennent de vêler. La recherche de solutions permettant d’atteindre l’objectif d’âge au vêlage permet aussi de répondre à d’autres objectifs fixés comme l’amélioration des performances économiques et environnementales et ainsi d’améliorer d’autres indicateurs à court, moyen et long terme.

... à long terme

La méthode a porté ses fruits puisque les leviers d’actions répondent aux objectifs. La production laitière est plus importante et plus homogène entre les bandes de reproduction.
La situation économique a été améliorée grâce à une diminution du coût de production permettant une augmentation de la capacité de rémunération.
Les résultats environnementaux ont également été améliorés avec une baisse de l’empreinte carbone et de l’émission brutes de GES.

Cependant la réévaluation annuelle permet de soulever tous les ans d’autres problématiques. En 2020, ce sont les charges de mécanisation à maitriser et être vigilant à l’efficience de l’azote dans le système.

A vous de jouer

Cette méthodologie est applicable à toutes les exploitations mais impose quelques facteurs nécessaires pour sa mise en place.

  • L’évaluation préalable et la définition de vos objectifs sont primordiales pour surveiller l’avancé des améliorations. Ces indicateurs doivent être faciles d’utilisation soit une récolte de donnée simple à mettre en place notamment grâce à des objets connectés (compteur à lait, collier d’activité, station météo) et doivent être croisées avec les données des organismes présents sur votre ferme (contrôle laitier, comptabilité).
  • Enfin un regard extérieur neutre est souvent préférable pour vous accompagner dans votre pilotage global, identifier les causes réelles et trouver les solutions appropriées.

Louise MESNIL, Ferme expérimentale normande de la Blanche Maison
Catherine BAUSSON, Chambre régionale d’agriculture de Normandie
Lucie MORIN, Ferme expérimentale normande de la Blanche Maison

AGENDA

Collecte des déchets agricoles en Normandie

Du 25 mai au 12 juin 2020