Vous êtes ici : Accueil > A proximité > Actualités locales > Marché du carbone : un projet pilote à dupliquer

Marché du carbone : un projet pilote à dupliquer

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
Marché du carbone : un projet pilote à dupliquer

Depuis avril 2019 sur l’antenne du Bocage, le Groupe Territorial Centre Manche a investi la question du carbone.

Le groupe d’agriculteurs du GIEE 'Développer des exploitations agricoles à énergie positive' a souhaité être associé à la réflexion et être partie prenante des discussions.

Parallèlement, le Conseil Départemental de la Manche a accentué son orientation stratégique sur le maintien de l’identité Bocagère.  Il a approuvé en 2017 un plan Bocage dont l’objectif est de soutenir les projets sur la préservation et la valorisation du système bocager.

Forte de ces volontés réaffirmées, de la motivation des élus et des agriculteurs du GIEE, l’antenne a :

  • Proposé des temps de réflexions entre tous les protagonistes,
  • Initié des rencontres entre acteurs du territoire, élus, Conseil Départemental afin d’étudier la possibilité de mettre en place un marché en local du Carbone,
  • Etudié les modèles déjà en cours sur le territoire Français.

En prenant le modèle de Carbocage mené par les Pays de Loire, le Conseil Départemental a souhaité, en tant qu’entreprise, compenser en partie ses émissions de gaz à effet de serre. 
En contrepartie, les exploitants s’engagent à entretenir et préserver les haies.

En  échange de quoi, ils peuvent recevoir une compensation financière déterminée par le potentiel de séquestration du carbone d’un linéaire de haies et pour une durée fixée.
Il s’agit bien d’un marché du carbone sur un modèle volontaire. La démarche se veut expérimentale et novatrice.

Ce projet pilote porté par l’antenne a pour objet d’inciter les collectivités ou entreprises qui souhaitent compenser leur impact carbone à conventionner avec les agriculteurs en local.
Les conventions entre le Conseil Départemental et les agriculteurs sont en cours d’élaboration. Elles fixent les modalités de calcul de compensation financière, les modalités de contrôle conseil dans la durée …

C’est une pleine satisfaction pour les collaborateurs et élus qui ont œuvré activement sur ce projet qui est sur le point d’être finalisé. 
Au-delà, c’est également une reconnaissance de la place de l’agriculture en tant que ressource et solution pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre et participer à réguler les changements climatiques.