Vous êtes ici : Accueil > A proximité > Actualités locales > Prix du pétrole et du GNR : l’été sur un plateau

Prix du pétrole et du GNR : l’été sur un plateau

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
Le marché du GNR dans le contexte du coronavirus

En juillet et août, le prix du baril en dollar a légèrement progressé, de 42 à 45 $, mais le renforcement de l’euro face au dollar a neutralisé cette hausse pour les acheteurs européens. Depuis début septembre le niveau de la demande inquiète les marchés et fait baisser les cours. Cet été le prix du carburant agricole est resté proche des 45 € par hectolitre (prix agriculteur) et fléchit actuellement dans le sillage du pétrole.

 

Prix du Gazole Non Routier (GNR)

La crise du coronavirus a conduit au ralentissement de multiples secteurs de l’économie consommateurs d’énergie et à l’effondrement de la demande. Elle s’est superposée à la tension entre pays producteurs de pétrole, dont les tractations infléchissent aussi les cours.
Le pétrole Brent est ainsi tombé de 55 $ le baril en février 2020 à un point bas historique à 16 $ le baril le 22 avril, le plus bas depuis 18 ans.         
Les accords trouvés au sein de l’OPEP puis le redémarrage de l’économie mondiale ont fait remonter les cours régulièrement depuis début mai, mais avec une tendance au plafonnement depuis juin, entre 40 et 45 $ le baril. La progression du prix du baril en dollar a été positive mais très faible en juillet et août 2020. Depuis début septembre les marchés s’inquiètent du niveau décevant de la demande, ce qui tire les cours à la baisse.

De janvier à mars la parité euro/dollar, d’abord en baisse tendancielle pendant le confinement, s’est redressée depuis mai avec une accélération dans l’été, passant de 1,09 à 1,18 dollar pour un euro d’avril à août. Cette remontée de l’euro a totalement gommé la faible hausse du prix international du pétrole pour les consommateurs européens ces derniers mois.

Le prix du GNR reflète globalement la trajectoire du pétrole : ilse trouve sur un plateau depuis juin, entre 40 et 45 € par hectolitre, et tend à fléchir depuis début septembre. La courbe correspond au prix du GNR, en tenant compte de la TICPE réduite pour les agriculteurs (3,86 €/hl au lieu de 18,82 €/hl).

Service Économie, Veille & Prospective
Direction Innovation Recherche Développement

 

> Lire les autres marchés agricoles