Vous êtes ici : Accueil > A proximité > Actualités locales > Un mois de mai, enfin favorable à la pousse ?

Un mois de mai, enfin favorable à la pousse ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
OCH

La météo de la semaine à venir sera sûrement favorable à une bonne pousse de l’herbe.

Avec une croissance de l’herbe qui augmentera il faudra veiller à diminuer progressivement la ration à l’auge afin de ne pas sous-pâturer les parcelles.

Idéalement faire suivre la complémentation soit à la croissance hebdomadaire soit au stock de votre parcellaire. Vérifier en sortant les vaches du paddock que celui-ci soit bien nettoyé. En mai, il faut viser 5 cm de hauteur d’herbe à la sortie.  

Le bilan des croissances du mois d’avril est plutôt décevant, comme le montre les rendements calculés ci-dessous :

 

 

 

Témoignage

EARL ESPRIT, Le Theil-Nolent (27)

"La mise à l’herbe des 75 vaches (troupeau mixte normandes / prim’holstein en AOP) de l’EARL ESPRIT a été réalisée fin février, avec 1 mois d’avance par rapport à 2020. 

Les vaches pâturent sur un parc composé de 19 paddocks de 60 à 65 ares en moyenne sur lesquels la rotation se fait exclusivement en journée. La pousse de l’herbe étant homogène dans les paddocks, le calendrier de rotation est toujours le même.

Pour ce qui est du pâturage nocturne, une parcelle y est dédiée du fait des conditions climatiques. En effet, la ration à base d’ensilage de maïs habituellement abandonnée à partir du mois d’avril persiste toujours. Aujourd’hui, la ration journalière est composée d’ensilage de maïs, de paille et d’un apport de concentrés.

Avec une pousse de l’herbe médiocre et une diminution de la quantité de maïs ensilage, la production laitière est de 18 kg/VL/j en moyenne à des TB de 43.5 et TP de 33.5. Ces derniers résultats (en baisse) montrent une diminution de la qualité de l’herbe. Une diminution qui va être compensée par l’éleveur avec une distribution à l’auge plus importante de la ration, ce qui indique de puiser dans les stocks hivernaux. 

Néanmoins, la récolte des dérobées (RGI, trèfle) a pu se faire dans de bonnes conditions."
 

Justine Hébert - Chambres d’agriculture de Normandie