Production & vente de safran - Guerard

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Ils témoignent en Circuits-courts & agritourime ...

Safran(chir) de la routine...

EXPÉRIENCE

Du safran en Normandie, quelle idée cocasse. Et pourtant, c’est bien dans cette production que s’est lancée Annie Guerard et son mari Pascal au moulin du Gué Pierreux à La Hoguette (14). Une exploitation biologique et atypique, zoom sur l’épice le plus cher du monde, récolté dans les plaines normandes.

«Nous savions qu’il y avait des champs de safran dans la plaine de Caen au Moyen-âge», témoigne Annie Guerard. D’abord coiffeuse, Annie a grandi dans une famille d’agriculteurs. Elle change de profession et décide de travailler avec son mari Pascal en tant que juriste. Très vite, la route devient un calvaire et le couple décide de travailler la terre sur leur propre terrain...

Challenge et choix

Annie avait cette envie de faire une culture atypique, sur ses propres parcelles. C’est donc son mari qui, ayant vu un reportage sur cet «or rouge», lui parle du safran.

«Nous avons donc commencé à nous renseigner et nous nous sommes lancés. La première année nous avons planté 100 000 bulbes, 120 000 la 2e, 150 000 la 3e, etc. À terme, nous avons récolté 5 kilogrammes», souligne la safranière. Très vite, la machine est lancée. Il faut savoir qu’une ferme de safran doit être vieille d’au moins 3-4 ans pour vraiment tourner à plein régime.  «Même si notre production n’était pas terrible au commencement, la qualité était irréprochable. Ça a été une réelle motivation pour aller de l’avant».

Une qualité à la normande

Au Moulin de La Hoguette, la qualité du safran est irréprochable. Annie Guerard a donc très vite pris contact avec différents chefs étoilés, pour leur plus grand plaisir. «Lorsque l’on arrache les pistils de la fleur, la plupart des safraniers laissent le bout jaune du stigmate. Au contraire, il ne faut garder que la partie rouge pour une superbe qualité», souligne la productrice.

Après avoir participé à plusieurs salons gastronomiques, le «Safran de Normandie» de La Hoguette a déjà remporté deux titres au salon de l’agriculture, vous l’aurez deviné, en deux participations. Aujourd’hui, la demande des chefs, des particuliers et des salons fait que l’offre n’est plus suffisante. «C’est un travail sur la durée, la production augmentera. Je gagne moins de sous pour le moment, mais ce n’est pas ce qui importe».

Travailler avec la nature

20 %, c’est le taux de perte pour la première saison au Moulin du Gué Pierreux. La cause ? Les mulots. En effet, les nuisibles sont un gros problème pour les safranières. Chevreuils, sangliers, rongeurs, limaces, tout ce beau monde raffole des petites fleurs violettes.

«Nous sommes à côté des bois. Tous ces nuisibles ont donc accès facilement aux cultures. Nous avons mis en place des perchoirs afin d’accueillir les chouettes, buses, etc. Travailler avec les animaux fonctionne très bien. Nous avons retrouvé un nid dans une souche morte, 70 mulots morts étaient à l’intérieur en réserve pour les petits. Quand vous aimez la nature, et que vous faites tout pour la respecter, elle vous le rend très bien».

Pour faire face aux limaces, Annie utilise un produit biologique. Pour ce qui est des chevreuils, elle pulvérise de la graisse de mouton qui dégage une forte odeur et répugne les cervidés.

Le safran, la pollinisation

Comme toutes les fleurs, le Crocus Sativus (fleur de safran) a besoin d’être pollinisé. Pour ce faire, un ami apiculteur du couple est venu installé des ruches au moulin. «Nous produisons donc un miel de qualité. Ces petites travailleuses jaunes se plaisent très bien sur une safranière. On aime travailler avec un maximum d’acteurs «naturels».

Challenge familial réussi

Le Moulin du Gué Piérreux se voit désormais accueillir une clientèle étrangère. Moyen- Orient, Australie, Vietnam, etc. Avec des visites gratuites toute l’année, Annie vous fera découvrir sa passion et ses cultures autour d’une dégustation des produits.

Gabin, le petit-fils du couple a toujours motivé ses grands-parents dans leur travail. « Il nous pousse tous les jours, il aime beaucoup être dans les champs avec nous, pour notre plus grand plaisir». Le petit garçon est même devenu l’égérie de la safranière, une relève déjà toute faite...?

 

MAX. MALO

Avec l'aimable autorisation de l'Agriculteur normand