Vous êtes ici : Accueil > Conseils et services > Préserver l'environnement > Pratiques favorables à l'environnement > Visites d’exploitations en agriculture biologique

Visites d’exploitations en agriculture biologique

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Contexte et objectif

Les groupes cultures sont des groupes d’agriculteurs quipratiquent une agriculture conventionnelle ou raisonnée. L’objectif de cette journée était de leur faire découvrir l’agriculture biologique: son système, ses techniques et sa rentabilité économique.

Description – Mise en œuvre

La journée a été organisée par les conseillers en agronomie et production végétale des groupes cultures. Deux intervenants étaient présents : Amandine Guimas, conseillère en agriculture biologique et François Granger, d’Axéréal bio.

Deux exploitations ont été visitées:

  • L’EARL des Epasses à Moulicent en polyculture élevage, naisseur engraisseur de truie.
    Leur objectif est d’être autonome sur l’alimentation des truiescar leur chiffre d’affaire est uniquement issu de la vente de porcs.
    Leur problématique est basée principalement sur l’apport d’acide animé.
     
  • L’EARL le Baudoin à Theuvy-Achères en culture uniquement.
    Leur problématique est la gestion du désherbage.

 

La journée était rythmée par un moment d’échange avec les exploitants, agriculteurs et conseillers et par des observations de parcelles.

Résultats

L’EARL des Epasses nous a présenté la complémentarité entre l’atelier culture et l’atelier élevage dont l’autonomie alimentaire est le pilier de son exploitation. Sur 60 ha, l’EARL des Epassespeut être autonome pour 20 truies. Il fonctionne avec une voisine pour acheter le complément de céréales et de fourrages. Lorsque l’on observe la marge que les agriculteurs se font, nous constatons qu’ils tirent un revenu rentable. Aussi, l’élevage de porc étant fortement demandeur d’acide aminé, apport comblé en agriculture conventionnel par le soja, est comblé ici par de la luzerne dont les feuilles sont riches en acides aminés et appétentes.

Au sein de l’EARL le Baudoin, le désherbage est géré par la rotation, par le travail du sol et par les outilsde type herse étrille, bineuse et houe rotative. Les fèveroles, culture qui se salit vite, sont ainsi précédées d’un labour puis semées en rang, afin de pouvoir les biner plus facilement. Le choix de culturesmoins productives mais plus rustiques permet d’avoir un rendement stable, pour exemple l’agriculteur préfère réaliser du triticale plutôt que du blé. En effet, le triticale a un rendement stable de 30-40 quintaux tandis que le blé peut osciller entre 20 et 60 quintaux.

Toujours dans cette exploitation, plusieurs outils de désherbage mécaniques sont également utilisés :

  • le RTK pour biner,
  • la herse étrille : utilisée sur les cultures de printempsde maïs et lupin à 3 feuilles,
  • l’écimeuse même si l’agriculteur est peu satisfait de son utilisation sur le ray grass et le vulpin, mais trouve en revanche que cet outil a une bonne efficacité contre les sanves.

La multi-performance devient effective dans ces exploitations. En effet, que ce soit le pilier social en faisant appel à une exploitation voisine favorisant ainsi l’entraide et la complémentarité, le pilier environnemental avec des pratiques plus douces ou encore le pilier économique, grâce à l’autonomie alimentaire ou au choix de cultures. Notons tout de même qu’il faut être vigilant vis-à-vis de l’autonomie économique pour la seconde exploitation due au besoin de matériel.

Suite à cette visite, un agriculteur qui réfléchissait à faire évoluer son système d’exploitation s’est converti à l’agriculture biologique.

Reproductibilité

Le nombre de participant était de 28 agriculteurs.
Un compte rendu a été rédigé et envoyé aux personnes présentes.

Contrat d'objectif régional sur les nouvelles pratiques agricoles

Vous aussi ?

Vous pensez avoir mis en place une ou plusieurs

pratiques favorables à l'environnement ?