Vous êtes ici : Accueil > Conseils et services > Produire (Thématiques) > Cultures > Fertilisation > Fertilisation azotée sur cultures d'hiver

Fertilisation azotée sur cultures d'hiver

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Calculs de doses et Plan Prévisionnel de Fumure azotée

Pensez-y avant la fin de l’hiver !

Pour chaque parcelle ou groupe de parcelle homogène, il faut noter la dose prévue d'azote à apporter par type de fertilisant.
Cette dose sera calculée précisément pour les parcelles avec un apport de plus de 50 unités d'azote par hectare.

Pour les principales cultures, la nouvelle méthode de calcul fait référence à la méthode du bilan prévisionnel.

On tient compte des objectifs de rendement (selon l’historique de l’exploitation – lien vers la calculette rendement) et des besoins des cultures, puis des différentes fournitures d'azote du sol, dont les reliquats en sortie d'hiver (sur la base de son analyse ou d'un référentiel).

Des doses plafonds sont prévues pour les prairies, les cultures intermédiaires, les légumes...
Tout cela fait appel à des références arrêtées par le Préfet de Région, qu'il faut utiliser à bon escient.

Mesurer les fournitures du sol


Pour calculer et enregistrer la dose prévue d’azote dans votre Plan Prévisionnel de Fumure (PPF) des cultures annuelles, il est indispensable de disposer d’une estimation du stock d’azote minéral disponible dans le sol à la sortie de l’hiver et utilisable par les plantes : c'est le poste reliquats azotés
À défaut d’une mesure spécifique sur la parcelle (par prélèvement tarière ou quad), des valeurs moyennes sont à votre disposition en fonction de votre situation (d'après la synthèse de résultats d'analyses de l’année).

Synthèse départementale des reliquats d’azote.

Calculer la juste dose

Il faudra tenir compte de ces valeurs reliquats pour ajuster la dose totale d’azote à apporter et préserver ainsi ses objectifs de rendements.
D’un point de vue économique, apporter la juste dose sera toujours rentable et ce quel que soit le coût de l’unité d’azote ou prix de vente du blé.
Une sous-fertilisation azotée est systématiquement synonyme de perte de rendement.
Une sur-fertilisation ne se traduira pas automatiquement par une augmentation du rendement ou de la teneur en protéine pour un blé.


Tous les îlots culturaux situés en zone vulnérable (lien vers la carte départementale ou régionale des zones vulnérable (directive nitrates)) doivent faire l’objet d’un calcul de dose bilan, qu’il faudra reporter sur le plan prévisionnel de fumure (PPF).
•    Tout sur la Directives Nitrates.

Fractionner pour mieux piloter

Pour optimiser l’efficacité de l’azote, il faut fractionner la dose totale en deux ou trois passages en suivant le stade des plantes.

Exemple :
Blé  -  Au tallage 30 à 40 unités / Vers épi 1 cm dose raisonnée - dose tallage - mise en réserve / Fin montaison pilotage mise en réserve 40 à 70 unités
Orge - Au tallage 30 à 60 unités (max 50 avant le 1er mars en zone vulnérable) / Stade épi 1 cm dose raisonnée - dose tallage - 40 unités / Stade 1-2 nœuds si risque de verse ou dose épi 1 cm > 100 unités : 40 unités
Colza (exemple d’un colza avec développement moyen en sortie d’hiver) - Entre stade entre nœuds visibles et boutons cachés (D1) 50 % de la dose (max 80 unités avant le 1er mars en zone vulnérable) / Entre stade boutons accolés (D2) et boutons séparés (E) dose raisonnée - dose 1er apport.

RAPPEL 

Comment corriger la valeur des reliquats

En cas de pluviométrie abondante entre la période des prélèvements de sols et la date d'ouverture du bilan prévisionnel de fumure azotée ?

Les résultats d'analyse de la parcelle ou les valeurs par défaut servent de référence à retenir en l'absence de pluviométrie importante avec lame drainante en mars - avril.

Dans le cas contraire, l'arrêté préfectoral régional prévoit que ces valeurs pourront être corrigées à la baisse, selon la pluviométrie entre la période des prélèvements du sol et la date d'ouverture du bilan de fertilisation (début mars).

Extrait de l'arrêté régional normand "référentiel fertilisation" du 01/08/2019 : Méthode proposée par défaut. L'agriculteur a aussi la possibilité de retenir les conseils en phase avec "les abaques et tables d'ajustement" publiées par le COMIFER.

  1. A partir du résultat retenu d'analyse de reliquat, calculer si nécessaire la perte par drainage en multipliant la valeur du reliquat sortie hiver par le coefficient du tableau ci-après (selon profondeur retenue pour mesure du reliquat).
  2. Correction selon la texture du sol : Soustraire 15 points au coefficient ci-dessous pour les sols argileux ou ajouter 20 points pour les sols sableux

Perte sur la valeur du reliquat engendrée par une pluie importante entre la mesure du reliquat et le semis ou le stade de la culture pour les sols à dominante de texture limoneuse.
 

 

Profondeur de prélèvement

Betterave,
Céréale hiver (stade épi 1cm),
Céréale de printemps,
Colza (stade D1), 
Lin

Maïs, 
Pomme de terre, 
Tournesol

Pluviométrie mesuréePluviométrie mesurée
< 150 mm150 à 250 mm> 250 mm< 200 mm200 à 300 mm> 300 mm

30 cm

0 %30 %55%0 %45 %70 %

45 à 60 cm

0 %25 %45 %0 %35 %60 %

90 cm

0 %20 %40 %0 %30 %55 %

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

En cas de besoin, de projet, contactez-nous. 

Un conseiller à proximité peut vous aider.



NOS CONSEILS & FORMATIONS

Renouveler son certiphyto

Il expire dans moins de 12 mois ?

Il est temps de penser à son renouvellement

Je le renouvelle

FORMATIONS

Je souhaite m'initier aux produits de bio-contrôle de l'usage à la fabrication.

Je souhaite de former sur la fabrication et l’utilisation des produits fermentés.

Je mets en œuvre le désherbage mécanique dans mon exploitation en AB, ou pour réduire les IFT de façon conséquente.

Je désire choisir des alternatives utilisables dans mes parcelles sans mettre en danger la protection de celles-ci.