Vous êtes ici : Accueil > Conseils et services > Produire (Thématiques) > Cultures > Fertilisation > Stockage des engrais azotés liquides

Stockage des engrais azotés liquides

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les recommandations à l'installation

Quelques consignes sont à respecter pour l’installation d’un stockage :

  • Sur un emplacement stable et plat, facile d’accès (pour le pulvérisateur et les camions citernes). 
  • Eviter la proximité des routes et des lieux de passage fréquentés. Protéger l’installation avec un cadenas sur la vanne et un grillage autour de la cuve. 
  • Pour les cuves aériennes, prévoir un ancrage au sol en béton. Faire reposer les cuves horizontales sur des berceaux et bien s’assurer de l’arrimage des cuves verticales. 
  • Installer une barre d’arrêt ou un muret afin d’éviter les risques de choc au chargement /déchargement.

Les différents types de cuves d'engrais liquides

Le choix du type de cuve et notamment son matériau se décide principalement en fonction de la résistance à la corrosion.

Réservoirs souples au sol

Ces réservoirs sont constitués d’une trame en fibre polyester ou tissu synthétique recouvert sur les deux faces par des composants PVC ; ce type de stockage peu onéreux à l’installation, reste très sensible aux conditions atmosphériques.

La cuve souple doit être munie d'un dispositif d'étanchéité sous-jacent. La pose d'une géomembrane (film plastique non biodégradable) étanche est la solution garantissant la rétention du liquide en cas de rupture de la cuve.

Conseils : le terrain doit être préalablement aplani et dégagé de toutes aspérités. La pose d'un grillage sous la géomembrane est recommandée pour éviter les dégâts occasionnés par les rongeurs. Prévoir sous la citerne à l’aplomb de l’évent, un dôme de sable pour éviter, lors du remplissage, un débordement au niveau de l’évent.

Cuves aériennes à simple paroi

Les cuves métalliques, horizontales, en acier inoxydable résistent à la corrosion. losqu'elles sont en acier ordinaire, la face interne de la cuve doit être recouverte d’un revêtement protecteur (peinture époxy). Il est recommandé d’acheter des produits additionnés d’un inhibiteur de corrosion.

Les cuves en plastique armé ou en polyester – verticales - faites de résines synthétiques fortifiées de fibres de verre textiles, résistent aux agressions chimiques mais elles sont plus fragiles à une utilisation régulière et aux conditions atmosphériques.
 
Remarque : les cuves en polyéthylène sont déconseillées car elles présentent une faible résistance à la traction, supportent mal les variations de température et vieillissent prématurément.

Cuves aériennes à double paroi

Les stockages aériens à double paroi peuvent se faire sans système de rétention. Il faut alors que les vannes entrée/sortie soient installées au point haut de la cuve, et qu’il y ait un dispositif de détection de fuites sonore et visuel.

La cuve intérieure doit être recouverte d’un revêtement protecteur (peinture époxy).
 

La surveillance et l'entretien des cuves

Une attention particulière doit être réservée aux stockages de solutions azotées :

  • Inspecter et vérifier régulièrement l’état de corrosion.
  • Vérifier les dispositifs de sécurité.
  • Procéder périodiquement au nettoyage et à la réfection (réservoirs, tuyauteries et vannes).
  • Vérifier le bon état des pièces en plastique et contrôler l’état des tuyaux et flexibles utilisés.

Les équipements des cuves

  1. Les vannes en inox sont à préconiser. Les vannes en cuivre, bronze ou plastique sont à éviter. L’installation d’une double vanne (vanne à volant couplée avec une vanne quart de tour) ou d’un bouchon de fermeture est indispensable.

Remarque :protéger les vannes contre les chocs (barre d’arrêt ou muret) et la malveillance (cadenas). Prévoir un récipient pour recueillir les écoulements à la fermeture après débranchement.

  1. Les tuyaux en acier inoxydable ou en polyester sont à privilégier. Les tuyaux plastiques rigides en PVC sont fortement déconseillés (vieillissement rapide et fragilité aux vibrations).
  2. Dans le cas de l’utilisation d’une pompe principale, celle-ci doit être placée à poste fixe dans le bac de rétention ou sur l’aire de déchargement/chargement. Elle doit être compatible avec les produits utilisés et son installation doit être conforme à la norme électrique NF C 15-100.
     

Le bac de rétention

En cas de fuite, le bac de rétention doit permettre à la fois de récupérer l’engrais et d’éviter une contamination du milieu. Cette rétention est obligatoire pour les stockages d'une capacité totale supérieure à 100 m³, et reste fortement conseillée pour toute nouvelle installation de stockage (cf. référentiel de l'Agriculture Raisonnée).

S’il n’y a qu’une cuve, la capacité de rétention doit être au moins égale au volume stocké. Dans le cas de plusieurs cuves, la capacité de rétention doit correspondre à la plus grande des deux valeurs suivantes : 100 % du plus gros réservoir ou 50 % de la contenance totale des réservoirs associés.

Cuvette de rétention

Dimensionner la cuvette de rétention en fonction du volume stocké, tout en prévoyant une largeur suffisante pour que la vanne de remplissage soit située à l’intérieur du bac (pour capter les écoulements).

Pour les cuves horizontales, ne pas faire de murs trop hauts qui seraient moins résistants. Pour les cuves verticales, une rétention élargie est préconisée.

Dallage de la plate-forme

La dalle de béton armé doit être réalisée avec du béton de classe 5b. Les emplacements des berceaux des cuves horizontales doivent bénéficier de fondations renforcées (dimensionnement selon charges).

Prévoir une pente au sol à 2% vers un puisard préfabriqué pour faciliter la reprise des écoulements éventuels et des eaux pluviales.

Murets de rétention

Prévoir des murets en béton armé vibré ou des agglos coffrants remplis et ferraillés (pas d’agglos creux). Assemblage en partie haute par coulage d’une ceinture en béton armé. Prévoir également un enduit intérieur hydrofuge et des joints d’étanchéité pour les jonctions.

Remarque : l’utilisation d’un revêtement bitumeux est possible (différent pour les stockages de fuel ou gasoil).

Vidange des eaux pluviales

La mise en place d’une toiture évite la contrainte de la gestion des eaux pluviales. Sinon, il convient d’installer une pompe vide cave dans le puisard pour une vidange régulière des eaux pluviales.
 
Attention : si la vidange se fait au niveau du puisard par raccordement d’un tuyau sur le bac de rétention, il faut veiller à l’étanchéité des joints  et à la fiabilité du système de fermeture : prévoir en amont du mur de rétention une vanne cadenassée et en sortie un bouchon, avec une fermeture à clé tricoise.

Protections

Prévoir un grillage ou un garde-corps de 1 m du sol, une échelle fixe intérieure et extérieure avec une barre de maintien et un portillon fermé.


Lors de l’installation d’un bac de rétention, il est conseillé de s’appuyer sur un professionnel compétent à même d’éviter les erreurs de choix de matériaux et d’assurer la réalisation d’un ensemble fiable. A votre demande, nous pouvons également vous adresser une notice technique de réalisation.

Au titre du Code de l’Urbanisme, des démarches doivent être entreprises avant de réaliser les travaux : déclaration de travaux ou demande de permis de construire (à partir de 20 m2).

Les formulaires sont disponibles sur le site https://www.service-public.fr/.
 

La réglementation en vigueur

Le stockage des engrais liquides est soumis au Règlement Sanitaire Départemental jusqu’à une capacité totale de  100 m3.

Au-delà, le stockage est soumis à la réglementation des Installations Classées Pour l’Environnement (ICPE). La déclaration se fait en ligne, sur le site https://www.service-public.fr/.

Vous souhaitez en savoir plus ?

En cas de besoin, de projet, contactez-nous. 

Un conseiller à proximité peut vous aider.



NOS CONSEILS & FORMATIONS

Renouveler son certiphyto

Il expire dans moins de 12 mois ?

Il est temps de penser à son renouvellement

Je le renouvelle

FORMATIONS

Je souhaite m'initier aux produits de bio-contrôle de l'usage à la fabrication.

Je souhaite de former sur la fabrication et l’utilisation des produits fermentés.

Je mets en œuvre le désherbage mécanique dans mon exploitation en AB, ou pour réduire les IFT de façon conséquente.

Je désire choisir des alternatives utilisables dans mes parcelles sans mettre en danger la protection de celles-ci.