L’agriculture intégrée

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Ils témoignent sur des pratiques environnementales

Une approche système pour réduire les phytos tout en maintenant sa marge !

Eric ODIENNE témoigne sur la façon dont il a mis en œuvre un système intégré sur son exploitation : "Dans un premier temps, en groupe, on écrit comment on fonctionnait avant, on identifie les principaux ravageurs, aussi bien les adventices et les maladies qu’on était obligé de corriger avec des phytosanitaires. Ça nous amène à concevoir des systèmes qui pallient à l’emploi des phytos."

En effet, différents leviers sont mobilisés dans le cadre d’un système de culture intégrée. Parmi les stratégies pluri-annuelles possibles, les agriculteurs du groupe ont opté pour la simplification du travail du sol, l’alternance des cultures de printemps et des cultures d’hiver et l’étalage des dates de semis des céréales à l’automne.

« Je ne suis pas à la recherche d’une parcelle propre nickel ! Pour moi, une parcelle propre, c’est celle où on n’a pas mis trop de phyto. Du coup, je tolère quelques vulpins sur la culture de blé car je sais que, derrière, je vais avoir tout un processus qui va contrarier les re-semis de vulpins » explique Eric ODIENNE.

En zoomant sur ses résultats, on remarque qu’il a réussi à réduire de 50 % l’utilisation des phytosanitaires tout en ayant une marge comparable à celle des agriculteurs de son secteur.

Pour cela, Eric ODIENNE conclut qu’« il faut bien penser son système, en particulier la rotation pour ne pas être tenté d’intervenir trop tôt. Il faut aller dans les parcelles et observer l’évolution des maladies, ce qui permet d’intervenir ou pas. C’est cette capacité qu’il faut acquérir ».

Conseillers et agriculteurs se rejoignent pour démontrer que réduction des phytos, résultats économiques et gestion du risque sont compatibles.

L’exploitation d’Eric ODIENNE, agriculteur à Chamblac (27)
155 ha – Polyculture / élevage laitier avec 65 VL - 30 ha de prairies naturelles - 124 ha répartis en 3 systèmes de cultures types

Éric Odienne : " Je consacre plus de temps à l'observation "

Éric Odienne, agriculteur à Chamblac : «  Je consacre plus de temps à l'observation »Terre-net.fr