Vous êtes ici : Accueil > Pratique > Toutes les actualités

Actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Retour sur la pousse de l’herbe 2018 en Normandie

Semaine 42 - Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. La pousse de l’herbe n’y fait pas exception. Retour sur cette année 2018…

Un printemps timide, froid et tardif

De la pluie à n’en plus finir…La portance des sols n’étant pas au rendez-vous, le déprimage des parcelles s’est vu compliqué. Les vaches ont été mises à l’herbe assez tardivement sur avril, avec plus de 15 jours de retard. Le plus compliqué fut de voir démarrer la pousse de l’herbe avec l’incapacité de pouvoir tout de suite la valoriser. Malgré du retard dans le démarrage de la pousse par rapport à 2017, à certains endroits les fulgurants pics de pousse ont tout de même dépassés les 150kgMS/ha/j !

Le printemps laissera un souvenir plus ou moins bon en Normandie. S’il a été propice à la pousse de l’herbe à l’est, il en a été différemment à l’ouest et particulièrement dans la Manche où les croissances ont été en deçà des normales. 

Un été chaud, ensoleillé et vraiment très sec

Place aux grandes chaleurs, qui ont totalement calmé la pousse de l’herbe, et surtout accéléré le cycle des plantes et les épiaisons. Comme bien souvent l’affouragement est de rigueur.

Un automne bien en deçà des attentes…

Le retour de l’herbe en automne était tant espéré… mais il a fallu compter sans sa présence, ce qui est vraiment inhabituel. Pour exemple, la moyenne 2004-2017 sur l’Eure et le seine Maritime est de 2.1TMS/ha sur fin aout jusqu’à mi-octobre, elle n’est que de 1.3TMS/ha cette année, et atteint seulement 1TMS/ha en moyenne normande.

Suivre la pousse de ses prairies, cette année, a permis, plus que jamais, de constituer PLUS de stocks en ensilage ou enrubannage sur avril/mai lors de la très forte pousse, ce qui a pu compenser en partie les stocks plus importants dilapidés en été et également en automne.

La pousse de l’herbe 2018 restera comme une année atypique, non pas tant dans la productivité annuelle, mais aussi et surtout dans sa répartition annuelle.
On espère d’ores et déjà le printemps 2019 s’annonçant comme précoce et tempéré, car l’hiver risque d’être tendu et compliqué pour bon nombre d’éleveurs.

Nous nous donnons rendez-vous dès le début du printemps 2019 pour une nouvelle saison de pousse de l’herbe en Normandie.

Emilie Vallet - Chambre d’agriculture de Normandie

Restez connecté, abonnez vous