Vous êtes ici : Accueil > Ovins viande, les cas types en conjoncture 2018

Ovins viande, les cas types en conjoncture 2018

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
Ovins viande, les cas types en Normandie

Les cas-types décrivent, de manière modélisée, les systèmes ovins les plus fréquents des Hauts-de-France et Normandie : les systèmes ovins/cultures et système ovins/bovins.

Les systèmes d’agneaux de bergerie race à viande ont profité pour cette année 2018 des cours plus favorables des prix de l’agneau sur le premier semestre avec une augmentation de 0,10 €/kgc contre aucune évolution en race prolifique. Par contre pour les systèmes herbagers, la tendance est inversée avec une diminution du prix de l’agneau de 0,15€/kgc du fait de la concurrence des importations.

Malgré la sécheresse, l’année a été favorable pour les cultures avec une meilleure valorisation des ventes.

Les EBE ont progressés dans tous les cas type de 9,46 % à 40,36 %. La plus faible progression étant réalisée sur le cas type ovin bovin viande du fait qu’il ne bénéficie pas de l’évolution positive des produits cultures (13,8 % à 16 %).

Par ailleurs, ce dernier subit une baisse du prix de l’agneau. En effet, le produit vente ovins de ce cas type diminue de 3.7% (le prix de l’agneau d’herbe est passé de 6,20 € à 6 €/kgc).

Les autres cas types quant à eux voient leurs ventes ovines augmentées de 8,89 % pour le CO1A à 2,60 % pour les autres. Le prix de l’agneau de bergerie de race à viande ayant vu une hausse de 15 centimes / kgc.

Enfin, les charges opérationnelles sont en augmentation de 0,13 % (CO1B) surtout sur CO3 pour lesquels elles subissent une hausse de 6,11 %. Les charges opérationnelles sont en augmentation de 0,13 à 6,11 % selon les cas types.

Les charges de structures sont globalement en baisse surtout pour le cas type CO2B (- 1,48 %).