Vous êtes ici : Accueil > A proximité > Actualités locales > La Pépinière La Palmette s’engage dans la certification HVE

La Pépinière La Palmette s’engage dans la certification HVE

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page
Plante bleue HVE

Reprise récemment, la Pépinière La Palmette s’engage dans la certification HVE, une manière de mettre en avant son éco-responsabilité. Sophie Hewertson témoigne.

Plante bleue est la certification officiellement reconnue par le ministère de l’agriculture pour la filière horticole. Elle entre dans le dispositif national de la certification environnementale des exploitations agricoles.

Le niveau de Plante Bleue est dit de Haute Valeur Environnementale conformément au niveau 3 de la certification.

Sophie Hewerston, pépiniériste, nous expose ses raisons pour faire certifier son entreprise.

Depuis le 1er janvier 2022, j’ai repris la pépinière Hardy, spécialisée dans la production de palmettes fruitières (U simple et U double en pommiers et poiriers) sur une surface de 19 hectares. Originaire du milieu agricole et de formation ingénieur agri, j’ai travaillé à l’étranger dans différents domaines avant de revenir m’installer en Normandie. J’ai intégré un cabinet d’expertise comptable et de conseil en tant que conseillère d’entreprise auprès d’exploitants agricoles.
Seulement, l’envie de renouer avec la terre et de gérer ma propre affaire se faisait grandissante. 

Pourquoi le souhait de s’installer ?

J’ai appris par une vidéo réalisée par le RDI (Répertoire Départ Installation), service des Chambres d’agriculture que Sylvain Hardy était à la recherche d’un repreneur. J’ai été conquise par cette production très spécialisée.

En découvrant l’entreprise, j’ai constaté que Sylvain était très engagé dans l’amélioration de ses pratiques.

Sur le plan technique, il n’a cessé d’investir dans du matériel adapté afin de conduire son système de production dans le respect de l’environnement. Il était d’ailleurs déjà engagé dans la certification Plante Bleue de niveau 2 depuis 2015.

La mécanisation a permis de gagner du temps, de réduire la pénibilité de certaines tâches et de limiter également l’usage de produits phytosanitaires. Ainsi l’application d’herbicides est devenue marginale et mon objectif est de m’en passer totalement. Les insecticides et fongicides ne sont réalisés que sur les variétés sensibles ou en application très localisée sur les foyers.

Quand j’ai découvert les exigences de la certification HVE, j’ai constaté que finalement, les pratiques agro-écologiques de l’entreprise s’approchaient fortement du niveau 3. C’est donc tout naturellement que j’ai décidé d’entreprendre la mise en place de la certification HVE et ainsi continuer et valoriser le travail du cédant de l’entreprise.

La fertilisation est réalisée de manière très raisonnée, avec des analyses de sol pour chaque parcelle. Une grande vigilance est requise concernant la rotation des cultures afin de limiter l’épuisement des sols et en favoriser la restructuration. Concernant l’irrigation, elle peut être envisagée pour les jeunes plants selon les conditions climatiques de l’année. L’ensemble des parcelles est entouré de haies bocagères. Elles nous apportent une grande diversité d’auxiliaires pour la lutte contre les ravageurs. Nous avons pu le constater à la suite d’un diagnostic réalisé par une entomologiste, fait dans le cadre d’un groupe 30000 dans lequel je suis engagée.

Pour la mise en œuvre du cahier des charges HVE, nous bénéficions d’une aide de la Région, par le biais d’un CAS2E (Conseil Agricole Stratégique et Economique). Un conseiller d’ASTREDHOR (Institut technique de l’horticulture) nous accompagne à mettre en place les outils pour gérer au quotidien cette certification et nous prépare à l’audit. Grâce à ces outils, je ne devrais pas perdre de temps, voire même gagner en lisibilité car je souhaite informatiser tous les cahiers d’enregistrements.

Dans le cadre d’une transmission d’entreprise, c’est très utile car cela nous permet de formaliser les pratiques et d’avoir une traçabilité des interventions à l’échelle de la parcelle.
Mais mon souhait premier est de mettre l’accent sur les pratiques vertueuses de la filière.

Evidemment, cette démarche a un coût pour l’entreprise. Il est donc important que les clients prennent conscience des efforts réalisés. La communication autour de la certification HVE sera primordiale pour que les consommateurs puissent clairement s’y retrouver parmi les différents labels qui existent au sein de la filière. 

En ce moment, je termine la préparation du cahier des charges. La date d’audit est envisagée en juin. Je serais ainsi prête pour la prochaine saison de vente à l’automne.


Coordonnées de l’entreprise :
SCEA Pépinière La Palmette, Les Landelles, 50 590 Regnéville/mer.
pepiniere.lapalmette@remove-this.gmail.com


Cet article s’inscrit dans le cadre du contrat d’objectif « La Normandie en transition agroécologique », soutenu par la Région Normandie et réunissant sept partenaires : Les Chambres d’agricultures de Normandie, Civam Normandie, CUMA Normandie, Astredhor, Ardear, Bio en Normandie et Sileban.

Agroécologie en Normandie