Du purin d'ortie pour moins de fongicides

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Ils témoignent sur des pratiques environnementales

Le biocontrôle

10 kg d’ortie pour 100 litres de purin

« La clef du système, c’est l’activité organique des sols ». C’est par ces propos qu’Antoine CHEDRU, agriculteur en Seine-Maritime, nous décrit sa vision de l’agriculture de conservation qu’il développe depuis une vingtaine d’années sur son exploitation céréalière de 170 ha.

Souhaitant protéger et développer cette importante vie du sol, il s’interesse de longue date aux techniques permettant la réduction de l’usage des produits phytosanitaires sur sa ferme. Après une réduction au recours des régulateurs puis un retrait des insecticides dans son système, le développement de couverts permanents des champs lui permet de limiter l’usage des herbicides sans toutefois parvenir à les supprimer.

Depuis deux ans, il s’attèle à réduire l’usage des fongicides grâce à la pulvérisation d’Extrait Fermenté d’Ortie (EFO) sur plus de 80 ha de blé, de lin et de féverole. « Cette technique doit être associée à des méthodes préventives comme le choix des variétés implantées, la date et la densité de semis entre autres », précise-t-il. Les résultats techniques et économiques ainsi obtenus satisfont d’autant plus l’agriculteur qu’ils restent proches des systèmes conventionnels sans perturber le fonctionnement de la vie du sol. Antoine explore d’autres pistes comme l’usage d’un macérat d’ail comme répulsif à insectes ou d’infradoses de sucre, méthode étudiées avec l’INRA et Terres Inovia comme perturbateur de la bruche de la féverole. Autant de résultats à suivre auprès de cet agriculteur passionné et du groupe DEPHY auquel il appartient !

L’exploitation d’Antoine CHEDRU, agriculteur à Goderville (76)
Cultures : blé, lin, colza, betterave, Féverole sur 170 ha