Vous êtes ici : Accueil > Conseils et services > Préserver l'environnement > Écophyto > Impacts sur la biodiversité

Impacts sur la biodiversité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Réseau des Effets Non Intentionnels (ENI)

L’un des axes de la surveillance biologique du territoire dans le domaine végétal (SBT) doit permettre d’observer l’impact potentiel des activités agricoles sur l’environnement, en particulier la faune et la flore sauvage.

Un réseau de suivi national sur 500 parcelles fixes a ainsi été mis en place dès 2012. Les relevés d’observation sont effectués d’après des protocoles harmonisés.

En Normandie

33 parcelles (dont 4 en agriculture biologique) sont suivies annuellement autour de 3 têtes de rotation, représentatives de la région :

  • les céréales,
  • le maïs,
  • la production maraîchère.

L’année 2019 en résumé

  • 16 espèces d'oiseaux en moyenne par parcelle,
  • 14 espèces végétales en bord de champ,
  • jusqu'à 680 vers de terre/m² et
  • 15 taxons différents de coléoptères (dont certains floricoles, phytophages et auxiliaires des cultures)

On observe quoi ?

4 indicateurs de la biodiversité sont étudiés sur les mêmes parcelles ou sur leurs abords immédiats chaque année :

  • les vers de terre, les ouvriers de nos parcelles
    Il existe plus de 3 000 espèces de vers de terre dans le monde, dont une centaine en France. Ils constituent environ 70 % de la biomasse terrestre dans les zones tempérées et peuvent représenter jusqu’à 2 tonnes à l’hectare dans les champs.
  • les coléoptères des bords de champs, une diversité incroyable
    Il existe plus de 350 000 espèces de coléoptères, tous différents par leur taille, leur forme ou leur couleur. En France métropolitaine, on dénombre pas moins de 10 000 espèces répertoriées à ce jour. Tantôt auxiliaires, ravageurs ou simplement présents, leur étude nous montre à quel point ils sont importants dans l’écosystème.
  • les oiseaux, le chant de nos parcelles
    Une homogénéisation des espèces à l’échelle métropolitaine se profile. En effet, d’après l’Observatoire National de la Biodiversité, entre 1989 et 2014, le nombre des oiseaux spécialistes, pourtant abondant, a décru de 22 % (principalement ceux des milieux agricoles (- 32 %) et bâtis (- 23 %)). La tendance est inverse pour les espèces généralistes car elles s’adaptent au changement de leur milieu plus facilement. Aussi l’évolution des espèces spécialistes d’un habitat peut être le reflet d’une perturbation du milieu comme une diminution de ressources alimentaires, une raréfaction des lieux de nidification…
  • la flore des bordures de parcelle, un refuge pour la biodiversité
    Tantôt bande enherbée de bordure ou vrai couloir de verdure, la flore de bord de champs offre nourriture et refuge à de nombreuses espèces.
     

Ces indicateurs sont étudiés en relation avec les pratiques culturales, les données météorologiques ou encore les éléments paysagers.

Un réseau normand riche de 7 structures différentes

  • Agrial
  • Chambres d’agriculture de Normandie
  • CREPAN
  • Défis Ruraux
  • Fédération des Chasseurs de la Manche
  • LEGTA de Chambray
  • SILEBAN

"Action du plan Ecophyto piloté par les ministères en charge de l'agriculture, de l'écologie, de la santé et de la recherche, avec l'appui technique et financier de l'Office français de la Biodiversité"

Vous souhaitez en savoir plus ?

En cas de besoin, de projet, contactez-nous. 

Un conseiller à proximité peut vous aider.




Renouveler son certiphyto

Il expire dans moins de 12 mois ?

Il est temps de penser à son renouvellement

Je le renouvelle

FORMATIONS

Je souhaite m'initier aux produits de bio-contrôle de l'usage à la fabrication.

Je mets en œuvre le désherbage mécanique dans mon exploitation en AB, ou pour réduire les IFT de façon conséquente.

Un arrêt des spécialités contenant du glyphosate peut modifier mon système de cultures. Je souhaite l'envisager.

PUBLICATIONS

ACTUALITÉS

vendredi 17 avril 2020

Ils représentent environ 70 % de la biomasse animale terrestre dans les zones tempérées, et peuvent représenter jusqu’à 2 tonnes à l’hectare dans nos champs. Mais...

mercredi 01 avril 2020

En Normandie, bien que les plantes cultivées comme le colza puissent représenter une source de butinage importante au début du printemps, il est nécessaire que les...